Le diagnostic parasitaire est un diagnostic immobilier permettant de vérifier la présence ou l’absence d’insectes qui attaquent le bois. En tant que vendeur ou bailleur d’un bien immobilier, il est opportun de réaliser un diagnostic de l’état parasitaire pour rassurer l’acquéreur ou le locataire. Cette évaluation prouve votre bonne foi et élimine l’hypothèse des vices cachés. Concrètement, en quoi consiste le diagnostic parasitaire ? Est-il obligatoire ?

En quoi consiste le diagnostic parasitaire ?

Le diagnostic parasitaire est un diagnostic immobilier permettant d’identifier une éventuelle présence de champignons lignivores et d’insectes à larves xylophages dans un bâtiment. Ces insectes sont des parasites qui vivent dans les bois et les espaces humides. Ils se développent également dans les périmètres non-ventilés et sombres. Les xylophages s’attaquent à la charpente et aux planchers des ouvrages, les affaiblissant au fil du temps.

Comme l’expliquent les professionnels du site Breiz’Hab, le diagnostic parasitaire est une évaluation visuelle et non-destructive. Il est effectué grâce à un sondage mécanique et électronique qui précise le niveau d’humidité des bois du logement inspecté. Avec ce diagnostic, vous pourrez détecter la présence de différents insectes :

  • les mérules,
  • les capricornes des maisons,
  • les lyctus,
  • les petites et les grosses vrillettes.

Le diagnostic parasitaire est à distinguer du diagnostic termites qui est obligatoire. L’idée de cette évaluation immobilière est de détecter la présence d’agents de dégradation biologique du bois. Elle rassure les occupants du logement concerné de l’absence de ces parasites dans les boiseries de l’habitation. Il vise parallèlement la limitation des risques de propagation d’une structure à une autre.

Découvrez aussi :  En quoi consiste la délégation de mandat en immobilier ?

diagnostic parasitaire immobilier

Le diagnostic parasitaire est-il obligatoire ?

Aucune disposition légale ou réglementaire n’a rendu le diagnostic parasitaire obligatoire. En tant que propriétaire vendeur ou bailleur, vous n’êtes pas tenu de réaliser cette évaluation. Cependant, l’état parasitaire est fortement recommandé, surtout dans les zones à forte humidité. Bien que ce diagnostic ne soit pas obligatoire, l’éventuelle détection d’insectes xylophages et de champignons lignivores par l’acquéreur ou le locataire est considérée comme un vice caché.

De même, les études notariales exigent souvent la réalisation de l’état parasitaire, notamment pour les biens dits sensibles. Le diagnostic permet dans ce cas de sécuriser l’opération et d’éviter d’engager ultérieurement la responsabilité du vendeur. Le défaut de diagnostic parasitaire peut aussi entraîner une annulation de la transaction ou une diminution du prix dans le meilleur des cas.

La réputation de l’étude notariale dans le cadre d’une vente peut aussi être écorchée si des insectes xylophages étaient découverts postérieurement à l’opération. En pratique, le diagnostic parasitaire n’a pas de durée de validité. Il est valable à un instant précis. De même, il est nécessaire de nuancer le caractère coercitif de ce diagnostic immobilier.

En effet, s’il n’est pas obligatoire sur la majorité du territoire français, le diagnostic parasitaire est devenu obligatoire dans certaines villes du Finistère, depuis l’arrêté préfectoral du 21 janvier 2020. Très touchées par la mérule, les villes concernées par ce diagnostic sont Quimper, Brest, Pont-Aven, Audierne, Concarneau, Camaret-sur-Mer, Bénodet.