Dans une vie, un prêt hypothécaire constitue toujours une étape importante et peut singulièrement peser sur un budget. Comme le souligne une étude récente, au Canada, le prêt hypothécaire représente la plus grosse dépense des ménages après les impôts. Il est donc crucial, au moment de choisir votre prêt hypothécaire, d’en connaître le bon fonctionnement, les différentes options comme de se tenir au courant du marché.

Ainsi, en 2020, le gouverneur de la Banque du Canada avait annoncé que le taux directeur, historiquement bas, ne bougerait pas avant 2023 … Vous ignorez si ce taux peut avoir un impact sur votre prêt hypothécaire ? Vous vous demandez si vous seriez plutôt favorable à un taux fixe ou variable sur votre prêt hypothécaire ? Nous vous aidons à y voir plus clair !

Taux fixe ou variable pour une hypothèque au Canada

Qu’est-ce qu’une hypothèque ?

Une hypothèque est un type de prêt fréquemment utilisé pour acheter un bien immobilier. Ce prêt, ou crédit, fait de vous le débiteur hypothécaire. Dès lors, le prêteur, ou créancier hypothécaire, peut saisir votre bien, le mettre en vente et se payer si vous faillissez au remboursement de votre prêt. Votre bien fait office de garantie.

Découvrez aussi :  Comment installer un interrupteur va-et-vient ?

Qu’est-ce qu’un taux hypothécaire ?

Une fois votre hypothèque mise en place, vous êtes tenu au bon fonctionnement du remboursement de votre crédit au travers de vos versements hypothécaires. Ces derniers permettent d’abord de rembourser l’intérêt sur le prêt et ensuite le capital. Le taux d’intérêt appliqué au prêt est défini comme le taux hypothécaire.

Le taux hypothécaire fixe ou variable

Le taux d’intérêt hypothécaire est équivalent au coût de votre emprunt. Il est plus ou moins élevé en fonction de l’institution financière prêteuse. Surtout, il peut être :

  • fixe : il ne varie pas en fonction des fluctuations du marché. Le débiteur hypothécaire rembourse mensuellement la même somme durant toute la durée de son prêt ;
  • variable : a contrario, le taux variable fluctue au cours de la durée du prêt selon le taux de base (ou préférentiel), lui-même dépendant du taux directeur de la Banque du Canada. Le débiteur hypothécaire pourra faire mensuellement des remboursements différents durant la durée de son crédit.

Les différents taux d’intérêt hypothécaires

Lequel prend l’avantage, financièrement parlant ?

Un taux variable est souvent plus intéressant qu’un taux fixe, le versement des intérêts étant bien moins élevé. Et les prêts hypothécaires à taux variable sont plus bas que ceux à taux fixe.

Néanmoins, comme ils sont établis à partir du taux du financement à un jour de la Banque du Canada, auquel s’ajoute un pourcentage d’intérêt supplémentaire, ils restent soumis aux fluctuations du marché. Avec une inflation élevée, il y a augmentation du taux préférentiel et avec une inflation faible, c’est l’inverse (ce qui rend l’emprunt plus attrayant).

Découvrez aussi :  Obligations d'un agent immobilier : quelles sont-elles ?

Les avantages de l’hypothèque à taux d’intérêt fixe

  • Le taux d’intérêt et le montant des remboursements restent identiques ;
  • Zéro risque, peu importe les aléas du marché ;
  • Idéale pour un budget serré.

Les avantages de l’hypothèque à taux d’intérêt variable

  • Les analyses montrent que les taux variables sont moins coûteux au fil du temps ;
  • Une égalité de baisse : si les taux baissent, le montant des intérêts sur l’hypothèque également.

Pour conclure

Il est aussi possible de choisir une hypothèque au taux d’intérêt variable et assortie de paiements fixes. Comme pour le taux fixe, le montant des remboursements mensuels demeure identique. Seul le ratio d’intérêts et de capital fluctue en fonction du marché.

Une hausse de taux n’impacte pas nécessairement ni considérablement votre budget puisqu’elle dépend de l’augmentation du taux directeur et donc du taux hypothécaire. Ainsi, elle peut augmenter de façon modérée et faiblement impacter le taux variable de votre prêt comme l’augmentation de vos remboursements.

Mieux vaut rester dans sa capacité de budget, à défaut de se retrouver dans des difficultés financières. En effet, avec un taux d’emprunt bas, ou avec la perspective qu’il baisse, il est tentant d’acheter un bien aux limites de son pouvoir d’achat. Cependant, en cas de hausse des taux d’intérêt, c’est la banqueroute assurée.